Tom a eu le temps de se forger une identité et comme le récit présente le point de vue d'un garçon dont le narrateur reste complice, la route de l'enfance traverse nécessairement le monde des adultes et s'en rapproche de plus en plus[TH 20]. Bien qu'elle demeure le personnage féminin le plus célèbre créé par Twain, son rôle se réduit à peu de choses dans le roman, l'innocence idéalisée d'une petite fille[TR 3], et l'auteur ne se souvient même plus de son nom quand il commence Les Aventures de Huckleberry Finn[TR 14]. Le deuxième jour, le procureur général accable Potter, l'avocat plaide d'abord la folie, puis retire sa ligne de défense et soudain, appelle Tom à la barre comme témoin surprise. Ce fil narratif fait basculer le roman dans le drame et ouvre la voie de la « rédemption » de Tom[TP 4]. Omniscient et clairvoyant, selon la terminologie de Gérard Genette, il est le maître des personnages, entre dans leur conscience et aucun secret ne lui échappe. Becky, avec ses nattes blondes et ses yeux bleus, n'est qu'un stéréotype parfait, même si, selon Twain, elle s'inspire de Mary Miller, voisine d'en face des Clemens[TE 1]. En une autre occasion, alors que Tom se languit lorsque Muff risque l'échafaud — en raison de son silence scellé dans le sang avec Huck[TH 38] —, s'ensuit un violent orage qu'il interprète comme une manifestation de la colère divine à son endroit : autant, pense-t-il, mettre une batterie d'artillerie pour neutraliser une punaise des bois (greenshield bug ou simplement bug)[TH 39],[95]. True Williams, illustrateur de Mark Twain, est connu pour le peu d'attention qu'il porte au texte : dans la première édition, il représente la palissade que Tom doit repeindre avec des barres latérales espacées[TM 1], de la hauteur de l'enfant, alors qu'il s'agit de tout autre chose[TR 30] : censée avoir quelque 27 mètres de long sur 3 mètres de haut (chapitre XXVI)[TG 6], son gigantisme est symbolique des barrières séparant le domaine privé de l'espace public, et la maturation de Tom représente un parcours dans lequel nombre de frontières doivent être franchies[TM 1]. Et il fendit la tête à tous, une nuit, à coup de hache, et s’enrichit par toutes sortes de fourberies et de malhonnêtetés. Ces transgressions ont un prix, par exemple lorsque Tom bouleverse sa tante en repartant sur l'île Jacob sans lui laisser un signe de vie. Le juge n'apparaît que deux fois dans le roman, lors de la remise des prix et après que Tom réussit à s'échapper de la grotte avec sa fille Becky[TR 14]. « Il savait qu’au fond d’elle-même, sa tante regrettait son geste […] Il se représentait sur son lit de mort. Tom Sawyer Personnage principal de la série, le jeune Tom nous entraîne dans des aventures plus rocambolesques les unes que les autres avec son ami Huck. Evans analyse le seul détail choisi par Twain pour décrire physiquement Tom : ses cheveux bouclés. Jeune apothicaire respecté, avec la passion de la recherche, il loue les services d'Injun Joe et de Muff Potter pour exhumer le cadavre de Hoss Williams et pratiquer sur lui des expériences scientifiques[34]. La prise de conscience s'effectue en deux étapes : d'abord, craignant pour sa sécurité, il garde le silence et tente d'apaiser ses doutes en offrant quelques babioles au prisonnier dans sa geôle. Mais il resterait là, raide et froid devant elle… ». Elle tient aussi de Mrs. Ruth Partingdon[N 17], personnage de Life and Sayings of Mrs. Partingdon (Vie et proverbes de Mrs. Partingdon) (1854) de Benjamin Penhallow Shillaber [TR 16]. Il regagne le camp juste avant le lever du jour et, après avoir raconté son escapade, dort jusqu'à midi. Une fois la surprise passée et les pièces comptées — il y en a pour plus de 12 000 $[TR 11] —, la veuve Douglas et le juge Thatcher font serment de gérer au mieux cette manne, l'une au profit de Huck, l'autre à celui de Tom. c’est si gentil ! Dénommé Joe Douglas, vivant à Hannibal où il décède en 1925, c'est un Osage scalpé par des Pawnees. Dans le second, le méchant petit garçon vole, ment, tue et finit riche député[TG 2] : « Et il grandit et se maria, et eut de nombreux enfants. Dans un texte inachevé, intitulé Villageois de 1840-1843 (Villagers of 1840-3)[32], Twain commente la sentimentalité romanesque des jeunes de cette époque, « douce, naïve, mélancolique »[CCom 4], écrit-il ; il ajoute que mêmes les pirates sont mus par de nobles idéaux, ont un sens de l'honneur, se marient par amour, et qu'il n'est pas étonnant que des enfants les prennent comme modèles[TE 5]. Mark Twain fait preuve du racisme anti-indien — également présent dans À la dure —[34] qui attribue à cette ethnie les traits les plus vicieux et les plus cruels : de fait, Joe tue — cinq meurtres lui sont imputés —, se parjure, projette de mutiler le visage de la veuve Douglas. Twain utilise des formes d'humour dont il s'est déjà abondamment servi dans ses œuvres précédentes, par exemple le canular (practical joke), consistant à placer indûment une personne dans une situation de victime, par exemple lorsque Tom se fait passer pour mort et est pleuré par toute la communauté villageoise. Les jeunes institutrices faisaient ce qu'elles pouvaient pour attirer l'attention, complimentant aujourd'hui l'élève qu'elles avaient rudoyé la veille, faisaient des effets de doigts en parlant à l'un, en avertissant l'autre ; les jeunes professeurs gourmandaient celui-ci, faisaient des recommandations à celui-là ; les uns et les autres avaient comme par hasard affaire à la bibliothèque près de l'estrade, ce qui les amenait à s'y rendre deux ou trois fois avec de grandes démonstrations d'activité. Vers 1868, il achève une nouvelle intitulée à titre posthume Manuscrit d'un jeune garçon (Boy's Manuscript), qui raconte la vie d'un enfant sur les rives du Mississippi et, en 1870, il évoque avec son ami d'enfance, Will Bowen, des souvenirs partagés qui se retrouvent dans le roman[MA 1],[2]. Ben l'implore en vain de lui confier le pinceau, marchande, offre une pomme, et Tom, après quelques hésitations de pure forme, finit par accepter. Le roman est ainsi censé être une œuvre pour la jeunesse, mais il s'agit en même temps d'un livre de souvenirs destiné aux adultes. Ce faisant, il mine et court-circuite la procédure institutionnelle et aussi, ajoute Messent, sape le socle de valeurs sur lesquelles elle repose[TM 11]. Le garçon blêmit et révèle qu'Injun Joe y est enfermé[TR 11]. […] Puis il imaginait un homme ramenant son cadavre à la maison. La dernière modification de cette page a été faite le 14 novembre 2020 à 12:11. Facsimilé de la première édition américaine. Même Tom l'expérimente sur le chat de sa tante, Peter, qui fait des bonds jusqu'au plafond[TE 16]. [C 28],[N 22], Twain développe cette même idée en considérant que la liberté morale attribuée à l'homme le rend capable du mal. L'initiation promise a lieu au chapitre II des Aventures de Huckleberry Finn[TG 11]. À cet égard, Twain ne se soucie pas de réalisme : tantôt son héros a sept ans, tantôt douze ou quatorze[TG 4] ; ses émois envers Becky Thatcher ne sont plus des enfantillages innocents, mais ceux d'un garçon atteignant l'âge de la puberté[TG 4]. Ces aspects du personnage ont donné de lui une image convenue d'enfan… Bientôt, cependant, ces dernières s'éteignent et les enfants, terrifiés, se retrouvent dans la plus totale obscurité. Les Aventures de Tom Sawyer est le plus célèbre des romans de Twain, et aussi son plus grand succès de librairie, de son vivant jusqu'au XXIe siècle. C'est le premier roman de l'auteur. Dog'd if I don't, Huck[TH 36].''. Les Aventures de Tom Sawyer (titre original : The Adventures of Tom Sawyer) est le premier roman que Mark Twain écrit seul. Après avoir copieusement joué par une belle chaleur estivale, on décide d'explorer la grotte McDougal, célèbre pour son labyrinthe de couloirs, ses stalagmites et stalactites, ses cascades et ses lacs souterrains[TR 10]. Les aventures de Tom Sawyer ont été adaptées à plusieurs reprises au cinéma et à la télévision. Las Aventuras de Tom Sawyer guía de estudio contiene una biografía de Mark Twain, ensayos literarios, cuestionarios, temas principales, personajes y un resumen y análisis completo. Dans le premier, un enfant modèle ne reçoit jamais de récompense, se voit rejeté par les employeurs alors qu'il présente d'excellentes attestations, meurt accidentellement sans avoir eu le temps d'écrire, comme il le souhaite, son « dernier discours » (his dying speech )[TG 2]. De plus, Huckleberry Finn accentue les côtés déplaisants du personnage de Tom, et les premiers chapitres apparaissent comme une manière de le congédier, parce que son histoire ne présente plus aucun intérêt aux yeux de l'auteur[TG 34]. Twain a déjà composé des récits autobiographiques, Le Voyage des Innocents, À la dure[TM 1] ; avec Tom Sawyer, il puise à nouveau dans son passé : Tom, c'est lui, mais aussi plusieurs camarades, un personnage « composite » comme le précise la préface : « la plupart des aventures relatées dans ce livre sont vécues ; une ou deux me sont personnelles, les autres sont arrivées à mes camarades d’écoles. Quant à Joe Harper, ami de Tom, il ressemblerait à John B. Briggs, autre camarade d'école de Twain[34]. Une nouvelle idée germe en son esprit[AK 1] : Ben Rogers s'en vient à passer et s'étonne de l'ardeur avec laquelle Tom s'adonne à sa tâche. Tom se complaît à lire des romans d'aventures, Robin des Bois, des contes de pirates et de voleurs[TR 24]. Ce jumelage se poursuit dans l'épisode de la grotte McDougal, que Messent qualifie de « mouvement final du roman sur le plan vertical[CCom 7] », alors que côte à côte, mais sans le savoir, les deux s'enfoncent « de labyrinthe en labyrinthe[CCom 8] ». Les habitants de Saint-Petersbourg le considèrent comme noyé lorsqu'il part jouer aux pirates sur l'île Jackson avec Huck et Joe. Chez elle, le conflit est permanent entre la tête et le cœur, le devoir et l'amour[TG 30] : « chaque fois que je lui pardonne, dit-elle, ma conscience saigne, et chaque fois que je le frappe, mon vieux cœur se brise en mille morceaux »[C 29] ». « Bon, déclara Tom. Dans la mesure où Tom est conçu comme un personnage essentiellement comique, il doit rester sympathique et ses actes ne peuvent qu'apparaître sans gravité ou sans conséquences[TG 3]. Chacun se remet peu à peu de ses émotions. Les Aventures de Tom Sawyer ont fait rêver bien des enfants pour l'esprit de liberté qui régnait autour de Tom, gamin turbulent, rusé et attachant. Le thème du pardon s'applique aussi à la société tout entière : Tom franchit le pas par son action rédemptrice et passe du monde de la condamnation au statut de héros[TG 31]. Le juge Thatcher prononce les bonnes paroles qu'exige la tradition, félicite le lauréat et, en couronnement de la cérémonie, pose une ultime question : c'est la célèbre séquence sur David et Goliath[TM 11]. Ses amis et lui se donnent des noms flamboyants, Tom « Le Vengeur noir de l'océan des Caraïbes » (chapitre VIII), Joe « Terreur des flots », Huck « Mains de sang »[N 18],[TR 26]. Plus tard dans la matinée, Tom est assis sur le banc (pew) de l'église avec Sid, Mary et tante Polly. avec la Malgré ses vilains tours, il réussit, conformément à son vœu souvent exprimé, à devenir le personnage le plus en vue de la communauté[TG 26]. He pictured himself lying sick unto death and his aunt bending over him beseeching one little forgiving word, but he would turn his face to the wall, and die with that word unsaid. À l'église cependant, Tante Polly et Mrs. Thatcher se rendent compte que Tom et Becky manquent à l'appel et donnent l'alarme sans tarder[19]. Réconciliés, Tom et Becky s'éloignent du groupe et s'enfoncent d'un couloir à l'autre, se contentant, pour seule précaution, de laisser sur les parois une trace de leur passage avec le noir de fumée de leurs torches[MA 4]. Tout au long de ses voyages, il prête une attention enthousiaste aux parlers locaux ; a fortiori, celui de sa ville natale lui est naturellement familier[MA 11]. Mis à part Huckleberry Finn, les œuvres du cycle de Tom[TR 34] et Huck[TR 35] sont considérées comme des échecs littéraires. La mère du fuyard s'en mêle et somme Tom de partir. Selon Gerber, le choix même du nom « Saint-Petersbourg » n'est pas innocent : « le lieu de saint-Pierre » (St. Peter's place), autrement dit le paradis[57]. C'est la focalisation zéro[86]. It's just worry and worry, sweat and sweat, and a-wishing you was dead all the time, She has come handy to me several times in my books, where she figures as Tom Sawyer's Aunt Polly, It is not a book for boys. À travers son histrionisme et ses malhonnêtetés, mensonges, vols, c'est le théâtre hypocrite de la petite ville américaine qui est également visé[AK 15]. Ici, Twain passe au crible de sa satire certains groupes sociaux qui, pour des raisons de sensiblerie, ne savent trier entre qui mérite l'indulgence et qui le châtiment. C'est un maître prompt à user du fouet ou de la férule qu'il manie avec complaisance sur les garçons comme sur les filles. En tant que journaliste, Twain rend compte d'événements et de sujets qu'il va reprendre dans Tom Sawyer[TP 1], par exemple, l'école du dimanche (Sunday School)[N 1] et les amourettes de l'enfance[TP 2]. Les deux gamins empruntent le bateau d'un « citoyen absent » (an absent citizen) [TH 13], et s'enfoncent dans les galeries où ils découvrent, au pied d'une croix dessinée au noir de fumée, le trésor convoité. Le lendemain matin, les cloches de l'église sonnent pour inviter les fidèles à rendre un ultime hommage aux jeunes disparus. « Oh ! Il finit par mourir de faim dans la grotte McDougal[34]. Twain procède de la même façon dans Les Aventures de Huckleberry Finn, mais dans ce dernier roman, le point de vue de l'enfant et de l'adulte se rejoignent et se mêlent du seul fait que le récit est conduit à la première personne[DF 6]. Il ne doit être lu que par des adultes. merveilleux de Tom excepté le terrifiant Jo l'indien. Ses tricheries finissent toujours par passer au second plan grâce à l'appui du narrateur qui renverse les situations ou intervient par sa satire. Rang et statut se voient soudain annihilés, tant chacun et chacune, quelle que soit son insignifiance ou son importance, se retrouve au même niveau d'enfantillage et tous finissent par se ressembler[TG 20]. La métaphore centrale est celle de l'homme-insecte, avec la connotation que l'un et l'autre ont beaucoup en commun[94]. Ils discutent, partagent un chewing-gum et enfin Tom demande à Becky si elle a déjà été fiancée et, devant son étonnement, lui explique ce que cela veut dire. La mort est omniprésente dans le roman, réelle, mise en scène ou en tant que menace. D'ailleurs, en proie à une forte fièvre, le petit héros est alité. Elle confirme la vision que l'auteur se fait des Indiens, illustrée par le personnage de Joe l'Indien dans Les Aventures de Tom Sawyer : dans ce texte, en effet, les Indiens enlèvent et violent des femmes[102], ce qui fait écho au traitement qu'Injun Joe se propose d'infliger à la veuve Douglas au chapitre XXX[TH 30]. stcyr04 (pseudonyme) et Guillaume Teisseire (dir. Son témoignage de vérité reste à double tranchant : il lui confère la dignité de héros et lui vaut la haine meurtrière du Satan de la ville[TR 28]. La deuxième ligne narrative, d'abord enchâssée dans la première, s'en distingue tout en restant dans le contexte familial et scolaire : c'est la rencontre au chapitre III et le début de la relation de Tom avec Becky Thatcher, la fille du juge, amours enfantines s'enchevêtrant également avec les autres épisodes du roman[20]. Il patiente jusqu'à ce que la voisine s'en aille et que tout le monde se mette au lit. Elle apparaît dans les autres histoires du cycle de Tom et Huck[TR 17]. Les enfants, Tom surtout, se présentent en agissant et, par le biais du discours indirect libre, en fonction des sentiments qui les font agir, l'amitié, la peur, l'amour, l'amour-propre et la culpabilité. À la fin de la journée, la version d'Injun Joe est de plus en plus accréditée. Alors qu'il marche en s'entraînant à siffler sur sa guimbarde (Jew's Harp)[TG 6], il tombe sur un nouvel arrivant de son âge, richement habillé, dont le lecteur apprendra le nom plus tard, Alfred Temple. Qui plus est, Tom a amassé un beau butin, un morceau de craie, des pétards, un bouton de porte, un chat borgne, un soldat de plomb : « Tom se dit qu’après tout l’existence n’était pas si mauvaise. Tante Polly, inquiète pour sa santé, lui donne de bonnes doses de Doloricide, « le liquide de feu » (fire in liquid form)[TR 7]. Quant à Huck, ses vêtements sont dépeints, mais nulle trace de son visage, si bien qu'il demeure une figure idéalisée et exemplaire : « sale, ignorant, sous-alimenté, mais au cœur d'or et totalement libre[C 21] », un symbole d'indépendance heureuse[TG 18]. Tom rejoint « les Cadets de la tempérance », mais sans enthousiasme[TR 8] ; diverses attractions font brièvement halte dans le village : un cirque, un phrénologue, un mesmériseur ; la fête du 4 juillet n'a pas grand succès ; Becky séjourne chez ses parents à Constantinople et Tom attrape la rougeole et doit garder le lit pendant quinze jours[TR 9]. Dans le même passage, l'autorité est qualifiée d'« insecte », employé adjectivalement (insect authority)[TH 37]. Peck voit dans ce tableau une vision de la jeunesse en symbiose avec la nature rappelant à la fois Rousseau (L'Émile) et Wordsworth (Le Prélude)[TP 9]. Fondé en 1965, le CEAD regroupe aujourd’hui plus de 280 membres francophones du Québec et du Canada. Restent Mr. Walters, le directeur de l'école du dimanche, maigrelet et portant barbiche[TR 20], et Mr. Dobbins, le maître de l'école élémentaire. Cet épisode, entièrement emprunté aux souvenirs d'enfance de Twain[TE 19], se trouve mentionné dans Manuscrit d'un garçon, une première version de Tom Sawyer et, avec d'autres souvenirs, une lettre à Will Bowen du 25 janvier 1870[TR 33]. Bon travailleur et respecté, l'Amérindien s'est perdu dans la grotte McDougal et Twain écrit dans son Autobiographie qu'il a survécu en mangeant des chauves-souris[39]. Inspiré de la jeunesse de l'auteur, Tom Sawyer est un personnage qui est devenu un symbole de liberté dans la culture populaire américaine. Sa tante s'appelle Polly. Il y a aussi dans la maison Jim, garçon noir, serviteur de tante Polly. Tom est élevé par sa tante Polly à la suite de la mort de ses parents, alors que son ami Huck vit d'expédients. Un exemple typique est donné lors de l'épisode de la fugue sur l'île Jackson : le premier jour est le plus beau de la vie des trois lurons ; le soir, cependant, même s'ils récitent leur prière, Tom et Joe Harper, qui ont reçu la même éducation, ressentent une certaine culpabilité pour avoir volé la nourriture nécessaire à l'excursion[65]. Tom ne se résigne pas, songe avec tristesse à ses camarades libres de s'amuser dont il subira les moqueries[19]. Il a l'art d'ajouter aux faits de tous les jours de petites touches qui donnent à la réalité une air de fantaisie[66]. Tout cela s'accomplit aux dépens de l'honnêteté ; en définitive, ce qui prévaut dans les secteurs institutionnels, c'est de se montrer, de s'enrichir et de grimper au plus vite au faîte de l'échelle sociale plutôt que d'assurer ses fonctions avec le devoir de sa charge et une stricte moralité[MA 10]. La bonne conduite, telle que les adultes la définissent, implique une perte de cette liberté : cela signifie blanchir la palissade le samedi matin, s'ennuyer en classe le reste du temps et le dimanche, s'habiller selon des règles convenues, se morfondre à la récitation biblique, puis à l'église, subir le prêchi-prêcha du révérend. Les deux garçons rivalisent de menaces et une bagarre éclate. Sur ce, l'instituteur intervient, saisit Tom par l'oreille et le ramène à sa place près de Joe Harper[TR 5]. The librarian showed off -- running hither and thither with his arms full of books and making a deal of the splutter and fuss that insect authority delights in. Twain s'évertue à corriger cette impression en multipliant les mises en garde : « Tom Sawyer n'est pas un livre pour les enfants, j'écris pour des adultes qui ont été des petits garçons[C 17] », ou encore « Ce n'est pas un livre pour garçons. On l’avait repêché dans la rivière. L'esclavage demeurait domestique et la population avait le « commerce des esclaves[CCom 13] » en horreur[81], au point de le qualifier d'« enfer sur terre[CCom 14] ». Une explosion les arrache à leur rêverie, c'est le bruit du canon utilisé pour faire remonter le corps des noyés à la surface[N 10] : ce sont eux qu'on cherche et ils se flattent de tant d'attention[MA 2]. À ce titre, il est l'adulte qui a le rôle le plus saillant dans l'histoire. Aussi, le style de Twain dans Tom Sawyer peut paraître cru, voire négligé. à la suite. Le trésor de la « chambre 2 », suppute Tom, doit être dans la grotte[TH 12]. Apparaissant au chapitre V, elle passe au premier plan de l'histoire au chapitre XXIX, alors que Joe l'Indien projette de la mutiler. Tom se laisse emporter par des rêves insensés, tous inspirés des romans d'aventure dont il est friand[TR 25]. La mort de Joe met un terme à ces velléités, le destin se chargeant de faire justice[79]. This is not a book for little boys. : ) - Q1: Où habite Tom Sawyer dans le roman du même nom ? Son cas est vraiment remarquable. Boyhood & Youth; 2. Muff est libéré, mais le félon rôde en liberté et Tom craint pour sa vie, hésite à sortir et passe des nuits peuplées de cauchemars : Injun Joe lui apparaît en ogre noir prêt à lui trancher la gorge avec un énorme couteau. En effet, seuls les événements mineurs, les coquineries scolaires, les parades amoureuses devant la maison de Laura Hawkins, le sucrier cassé par Henry, etc. Tom arrive en retard en classe et s'apprête à mentir à l'instituteur Dobbins lorsqu'il aperçoit la petite Becky. C'est surtout hors des frontières du bourg qu'il atteint au génie, en marge de la civilisation, dans les forêts pour revivre l'aventure de Robin des Bois, sur l'île Jackson afin de réincarner les pirates de la Caraïbe, enfin dans la grotte McDougal au péril de sa vie et de celle de sa petite fiancée[TM 5]. La troisième ligne narrative concerne surtout la complicité qui s'établit entre Tom et Huckleberry Finn (Huck)[AK 3]. D'après Rasmussen, le terme est en usage à l'époque de l'enfance de Twain, et il l'utilise naturellement, en particulier dans les dialogues[TR 31]. « David et Goliath » sont écrits en capitales dans le texte. luron dont l'inséparable Huckleberry Finn, il erra sur les Alfred Temple est un nouvel arrivant venu de Saint-Louis[TG 13] qui arbore de beaux vêtements. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Quand il n'était pas avec son ami vagabond, c'est Tom marche seul dans la nuit, rentre tard et ne trouve pas le sommeil. Peter Stoneley pense que c'est en 1872[3], Dhuicq et Frison avancent février 1873[DF 1] et Pat McAllister, auteur de The Bedside, Bathtub & Armchair companion to Mark Twain (Mark Twain, manuel pour la table de chevet, la baignoire et le fauteuil) publié en 2008, parle de l'été 1874, « période fertile en souvenirs », écrit-elle[MA 1] : depuis sa maison de Hartford qui surplombe le fleuve Connecticut Mark Twain se trouve « transporté dans le passé de ses années aux pieds nus dans la touffeur et la crasse de Hannibal [qui] le submergent[CCom 1] » ; Matthews utilise le mot « moissonné » (harvested) pour résumer le processus de remémoration dont Twain lui a fait part ; la scène se passe quatre ans avant celle décrite par Pat McAllistair, soit en 1870, juste après le mariage avec Olivia (Livy)[4]. Publiées pour la première fois en 1876 par Mark Twain, les aventures du jeune américain connaissent un succès mondial.Cette adaptation radiophonique est l'occasion de faire connaissance avec Tom, son ami Huckleberry Finn, la tante Polly, le juge Thatcher, la jeune Becky, sans oublier l'inquiétant Joe l'Indien Le roman Les Aventures de Tom Sawyer a été publié en 1876. Toutefois, la théorie d'une quelconque censure de la part de Howells et d'Olivia est fortement démentie par Rasmussen pour qui l'examen des manuscrits ne révèle que des changements stylistiques mineurs, si bien « qu'il n'existe aucune raison de penser que le texte publié n'est pas celui que Twain a avalisé »[CCom 15]. Peck situe Tom à mi-chemin entre la liberté et l'emprisonnement : sous la férule de sa tante, il est tenu d'aller à l'école et à celle du dimanche, de se tenir à l'église en bon chrétien, de ne pas casser les pots[TP 13]. Si seulement il avait pu laisser derrière lui le souvenir d’un bon élève, il serait parti sans regret. D'après Grimal, dans la mesure où le livre se présente surtout « comme un roman d'aventures et d'expériences enfantines[TG 25] », il n'a pas besoin d'une morale subtile : le héros y joue un rôle moins sérieux que celui des Aventures de Huckleberry Finn, où ce n'est pas le monde adulte qui est critiqué « mais le fonctionnement social et idéologique des États bordant le Mississippi[TG 25] ». Le déclic se produit au tribunal lors du procès : dans ce lieu symbolique de l'autorité, Tom surmonte ses frayeurs et donne publiquement sa version des faits. Twain use du contraste, exagération et sérieux, drôlerie cynique et finesse, lorsque son regard se porte sur la nature humaine, mais le fait marquant reste l'entrée de la langue vernaculaire qui, comme le souligne Hemingway, marque un tournant dans l'histoire de la fiction américaine[52],[DF 8]. D'autre part, les deux romans contrastent par leur ton : tandis que Huckleberry Finn est sombre et violent, Tom Sawyer serait une « idylle comique de l'enfance » (a comic idyll of childhood)[96], un assemblage de souvenirs idéalisés, une œuvre fondamentalement légère et fantaisiste. Autre source possible, Tante Patsy, de son nom Martha Ann Quarles, épouse de John Quarles, oncle de Twain[TR 16]. Genre de l’œuvre : C’est un roman d’aventures. La veille, Tom et Huck se résolvent à libérer Muff de sa cellule, mais au dernier moment, se contentent de lui faire passer du tabac et des allumettes. Amoureux de Becky Thatcher, il n'a de cesse de l'impressionner, et lorsqu'il se retrouve perdu avec elle dans une grotte où ils sont bien près de mourir, il fait preuve de courage et s'évertue à la consoler alors même qu'il est terrorisé. À la fin d'un couloir, alors qu'il tâte la roche à la recherche d'un angle, soudain surgit vingt mètres plus loin une vive lumière projetée sur les cavités. It will only be read by adults. Les Aventures de Huckleberry Finn est un roman picaresque de Mark Twain publié en 1884.. Amy Anna Mary Polly. – Je t’assure qu’on s’amuse bien. De plus, en tant qu'ancien compositeur-typographe chargé d'aligner les caractères pour former les lignes de texte, il prend en aversion les vocables longs et compliqués, exige la précision, chacun à propos et à sa place, jurons y compris[MA 11] ; les adjectifs, « duvet poudre-aux-yeux » (fluff), sont des parasites à éliminer[MA 11]. ; Choisissez un personnage pour représenter chacun des personnages littéraires. Tous les garçons qui s'approchent succombent au stratagème et bientôt la palissade est comme neuve. Tom et Huck, qui le redoutent, se rendent dans la tannerie désaffectée et s'engagent solennellement par le sang (blood-oath) à ne rien révéler de ce qu'ils ont vu (voir Procès de Muff plus bas)[29]. Alllergique à l'école, Tom est néanmoins très attaché à sa camarade Becky. La nuit se passe sous l'abri d'une vieille voile convertie en tente, et le lendemain, les enfants explorent leur nouveau domaine tout en se baignant d'heure en heure[TR 7]. Or, ajoute le critique, que Tom ait ou non les cheveux bouclés n'a aucune incidence sur l'action — il eût pu aussi bien avoir les cheveux raides, selon la mode de l'époque[TE 11] —, mais Tom est en partie le jeune Samuel, et Twain lui lègue ce petit trait alors considéré comme « efféminé », furtif coup de pinceau non anodin puisqu'il écorne de façon intime l'image de l'aventurier fanfaron et impavide que Tom revendique[TE 11].